Introduction

GIT a semble-t-il gagner dans la guerre des Logiciel de gestion de versions (DVCS)

Pourtant, son remplaçant est peut-être à la porte.

Je vais lister ici les points positifs et négatifs de GIT.

Points positifs

  • Popularité : Github et quelques autres forges (Bitbucket, Gitlab) ainsi que l'utilisation par de gros projets ont assis sa domination.
  • Documentation : la doc est clair est exhaustive et le net permet de trouver une réponse à quasiment toutes les questions s'y référent
  • Instantanéité sur de très gros projet : GIT fonctionne sous forme de snapshot et ressemble, à s'y méprendre à un Système de fichier. Ce fonctionnement lui garanti une réactivité innégalable (qui a évincé Bazaar et Mercurial)
  • la gestion des branches : le parti pris de GIT est d'avoir des commits, totalement indépendant des uns des autres dont le seul lien sont des tags : et oui, une branche sous GIT est en réalité un ensemble de commits ayant le même tag. Du coup, ça donne une vrai souplesse d'utilisation.
  • possibilité d'utiliser une vrai API via libgit2
  • Fork et contribution à un projet facilité avec Gihub
  • les hooks : des triggers à chaque
  • la config : l'historique et la popularité de GIT lui on donné la possibilité d'une configuration très abouti
  • interfaces graphiques : un large choix : gitk, GIT Extensions etc.

Points négatifs

  • pas de suivi de bugs ni de wiki (voir fossil) mais pourrait être facilement possible en normalisant des sous-modules. http://sebsauvage.net/wiki/doku.php?id=fossil

  • ne fonctionne pas selon la théorie des patchs tel que le fait Darcs ou PIJUL

  • permettre des hooks à partir de langages de haut niveau est souvent délicat et nécessite de passer un fichier shell en amont

Comments

comments powered by Disqus